in

Le maire de Breuil-le-Vert a publié sur Facebook, le nom et l’adresse des pollueurs !

Jean-Philippe Vichard, le maire (SE) de Breuil-le-Vert, a choisi les réseaux sociaux pour dénoncer deux personnes à l’origine d’un dépôt sauvage d’ordures, dans sa commune. Une méthode totalement assumée par le maire, qui reste convaincu d’avoir fait le bon choix.

« S’ils ne sont pas contents, qu’ils m’attaquent. J’ai porté plainte contre eux. Ils peuvent faire de même, je ne suis pas inquiet. À chaque fois que j’identifierai des coupables, j’agirai dorénavant de la même façon. J’espère que cela fera réfléchir les éventuels futurs pollueurs », a prévenu l’élu, après avoir publié sur sa page Facebook, le nom et l’adresse de deux habitants de sa commune.

Le tas d’ordures a été découvert dimanche dernier, près du collège Jacques-Yves Cousteau. « J’ai un réseau de voisins vigilants qui ont mon numéro. J’ai été immédiatement prévenu », affirme le maire. Avec l’aide de son service technique, Jean-Philippe Vichard a fouillé les détritus à la recherche d’indices pour incriminer les pollueurs.

« Ils ne sont pas très intelligents en plus. Ils avaient laissé des factures. Et ils ont fait ça juste en face de chez eux… », raconte le maire. Lundi, les ordures ont été enlevées « aux frais de la commune ». « Je ne pouvais pas traîner. C’est un lieu où passent plus de 700 personnes par jour », poursuit l’élu.

Mardi, le maire a publié sur les réseaux sociaux, les informations concernant les pollueurs, et plusieurs internautes n’ont pas tardé à réagir. Comme par exemple le maire de Laigneville, Christophe Dietrich (SE), lui, également friand de ce genre de méthode. La grande majorité des habitants étaient d’accord avec l’initiative :

« On a une déchetterie performante à 10 minutes en voiture. Ces malotrus ne récoltent que ce qu’ils ont semé », a réagi l’un d’eux. Tandis qu’une mère de famille de Breuil-le-Vert a tenu des propos plus nuancés.

« Même si je ne cautionne absolument pas les agissements des pollueurs, on ne peut pas jeter en pâture des noms, surtout quand on sait les proportions que cela peut prendre sur les réseaux sociaux. Je pense qu’il y a des façons plus responsables d’agir quand on est un élu ».

Les personnes mises en cause par le maire, auraient déménagé. « Je leur ai dit qu’ils n’avaient pas le droit et qu’ils n’avaient qu’à mettre les déchets à leur porte. Ils m’ont répondu : pas possible, la propriétaire ne veut pas et nous partons ce soir dans le Sud», a expliqué sur Facebook, une passante témoin de la scène.

SOURCE: Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une dame âgée, vit dans sa voiture devant sa maison, puis un jour, les voisins comprennent pourquoi !

Obsédé par les tatouages, un homme se fait tatouer 90% de son corps